rod paradot


Qu’est-ce qui t'inspire ?
C’est tellement vaste, il y a beaucoup de choses qui m’inspirent : une couleur, un vêtement, un film, un clip, un court métrage, une musique… mais dernièrement il y a un film qui m’a vraiment fait réfléchir sur la vie : The Father de Florian Zeller. Il m’a mis une tarte dans la gueule, je n’ai pas réussi à parler pendant 40 minutes après, j’avais les larmes aux yeux. Il parle de la vieillesse, du fait que passé un certain âge on redevient des enfants, on oublie… et dans le jeu des comédiens, tu vois qu’ils ressentent ce qu’ils jouent, ils sont extraordinaires. Et en ce moment c’est un sujet qui me touche personnellement parce que ma grand-mère est dans une période compliquée. Je ne dirais pas que ce film m’a inspiré, mais il m’a invité à penser autrement. Il m’a fait du bien, et du mal, et c’est à ça que sert un film !


Quelles personnes seraient, selon toi, des références dans le métier d’acteur ?
Je l’ai déjà dit, mais il y a Belmondo… et de manière plus actuelle, il y a Adèle Exarchopoulos qui m’inspire. C’est rare de voir un rôle comme celui qu’elle a eu dans Mandibules, j’étais impressionné par son jeu, son personnage n’était vraiment pas évident. Sinon il y a Tahar Rahim, j’aimerais bien prendre un chemin comme lui, et savoir parler aussi bien anglais… surtout que je ne sais pas du tout parler anglais (rire). En fait, je suis admiratif de leur travail, il y a des comédiens comme ça qui te donnent envie d’être toujours meilleur. Je peux citer aussi François Damiens, dans Mon Cousin, je l’ai adoré, il m’a surpris par sa justesse.

Quel compliment aimerais-tu entendre ou réentendre dans ton métier ?
J’aime bien entendre des compliments, mais j’aime surtout qu’on me parle de mes défauts. Les compliments, c’est super agréable, mais je ne vais pas trop en demander, j’en recevrai quand j’en recevrai ! Je n’attends pas ça. Et pourtant, quand j’étais plus petit, j’avais un peu ce besoin de reconnaissance, qu’on me dise « c’est bien ce que tu as fait ». Aujourd’hui, le métier m’a appris à me satisfaire de mon travail et si les autres n’aiment pas : j’écoute et je prends ce qui peut me faire grandir. Je pense aussi que le César et le Molière sont les deux plus beaux compliments qu’on ait pu me faire. Ça arrive rarement dans une carrière, et ça me touche énormément de les avoir eus, mais parfois je me dis que j’aurais préféré les avoir plus tard parce que c’est dur de se relever après, de faire d’autres projets aussi beaux. C’est rare qu’on nous confie un rôle aussi beau que celui que j’ai eu la chance d’avoir dans la pièce Le fils de Florian Zeller. L’attente du prochain projet fait que le métier d’acteur peut être très stressant parfois.

Quel est ton rapport à la pression alors ?
La pression c’est bon, quand je vois d’autres acteurs jouer, j’en veux encore plus. Ne pas ressentir la pression, ça veut dire ne pas avoir peur, et c’est le pire qui puisse t’arriver. Le rapport au temps dans le cinéma est intense, tu ne peux pas « prendre ton temps », tu dois faire, apprendre, être toujours en mouvement. C’est impossible d’apprendre son texte deux semaines avant un tournage : ça se sent et les spectateurs le sentiront aussi dans le jeu de l’acteur. Personnellement j’ai vraiment besoin d’éplucher le scénario, de faire des recherches… Au collège j’adorais travailler au dernier moment, mais au cinéma tu ne peux pas.
« ne pas ressentir la pression, ça veut dire ne pas avoir peur, et c’est le pire qui puisse t’arriver. »
Comment t’es-tu préparé pour ton dernier rôle ?
J’ai joué dans un film qui s’appelle Umami, avec Gerard Depardieu et Pierre Richard, qui va sortir en fin d’année. Après Catherine Deneuve dans La tête haute, jouer avec ces deux comédiens, c’est un peu comme toucher le graal à nouveau : c’est "LE" duo indémodable. Ils ne s’étaient pas vus depuis 10 ou 15 ans avant le tournage et dès qu’ils se sont retrouvés, on a instantanément senti la connexion entre les deux ! C’est de l’alchimie, c’est électrique ! Et jouer avec des comédiens comme eux, c’est la meilleure école, chaque minute passée en leur compagnie je gagnais du métier. J’espère qu’à 75 ans je serai comme Pierre Richard, c’est un exemple, je le trouve génial et c’est un gars humble, c’est beau d’être comme lui.

Tu dégages ça aussi.
J’espère que je resterai comme ça toute ma vie, j’espère que si un jour je fais un rôle comme The Serpent, je resterai moi et je pense que oui après tout ce qu’il m’est arrivé dans ma vie : je sais d’où je viens et je sais pourquoi je suis là.

Ton parcours est assez extraordinaire.
Et encore, vous ne savez pas tout ! Un jour, je raconterai mon histoire, mais ce n’est pas le moment. Pour l’instant; je dis simplement que j’étais apprenti menuisier et qu’on m’a proposé de faire un film qui s’appelait La tête haute, et c’est parti de là, mais on ne sait pas tout ce qu’il s’est passé avant. Je n’ai pas envie de faire le mec mystérieux, mais j’ai vécu des choses qui m’ont vraiment appris la vie et je pense qu’il n’y a pas plus belle revanche sur celle-ci que d’obtenir un César et un Molière après tout ça.
Un jour je raconterai tout, j’ai envie de travailler sur la manière et la forme d’exprimer ce qui m’est arrivé. Ça me travaille continuellement, mais c’est possible que je mette encore des années avant d’en faire quelque chose.

Quel a été ton plus gros challenge ?
La tête haute, et de m’initier dans le cinéma c’était un gros challenge ! Il y a aussi ce que je ne peux pas raconter maintenant qui a été un challenge encore plus grand et qui fait ce que je suis aujourd’hui.

As-tu des rituels dans ta vie, dans ton métier ?
Je ne peux pas ne pas écouter de musique pendant une journée. La musique m’accompagne constamment, c’est un peu moche ce que je vais dire, mais je m’intéresse plus à la musique qu’au cinéma. J’ai plus soif de sons que de films, que ce soit de la variété ou du rap, j’écoute de tout. Depuis que je suis petit, j’entends du Goldman, du Aznavour, Eddy Mitchell, il y a toujours eu beaucoup de musique à la maison et ça me porte jusqu’aujourd’hui.
La musique m’aide à avancer dans la vie, à vivre, un film t’aide à avancer aussi, mais la musique, elle, te suit.
« la musique m’aide à avancer dans la vie, à vivre, un film t’aide à avancer aussi, mais la musique, elle, te suit. »
Est-ce que tu as un objet fétiche ?
C’est une gourmette en or qui m’a été offerte par un ami de ma mère, Fred, que je considère comme mon père, et qui a été beaucoup plus présent que mon père biologique. Elle appartenait à son père et je la porte tous les jours… même si, parfois, je l’échange pour un cadeau que m’a fait ma mère parce que sinon elle est un peu jalouse… (rire).
Le deuxième objet fétiche c’est mon enceinte, je la transporte partout où je vais. J’aime bien avoir ma musique quand je suis en vélo, et comme on n'a pas le droit de porter des écouteurs en roulant, je mets de la musique sur mon enceinte. Pas trop fort, pour respecter les gens, mais au moins la musique me suit.

Qu’est-ce qui a du poids dans ta vie ?
Mes bijoux le gramme, ils ont du poids ! (rire)
Ma mère, elle est lourde sur mon coeur, Fred aussi. Ma chérie dont je partage la vie depuis presque 5 ans et qui me porte totalement, et ce n’est pas évident parce qu’elle est aussi comédienne et elle est un peu dans mon ombre. J’essaye de la pousser, pour qu’elle soit plus devant moi, que derrière moi ! J’ai de la chance de l’avoir. Ces personnes pèsent positivement lourd dans ma vie. Ensuite il y a le cinéma, sans ça, je ne serais pas grand chose.

Tes bijoux le gramme, lesquels sont-ils ? Comment les portes-tu ?
Je porte la chaîne Segment en argent 925 brossé, 2 bracelets rubans en argent noir, un bracelet segment en argent brossé et un bracelet câble guilloché vertical en argent poli. Je les adore, je suis en train de les adopter, ils ne me quittent plus.

Si le gramme était un film ?
Le gramme, ça représente les hommes comme Tahar Rahim, Belmondo. C’est une marque et un bijou qui t’aide un peu à vivre, ça illumine les belles personnes. Le gramme me fait penser à la simplicité et l’amour d’Agnès b., on ressent ça aussi chez le gramme.
« Ces personnes pèsent positivement lourd dans ma vie. Ensuite il y a le cinéma, sans ça, je ne serais pas grand chose. »
son accumulation
bracelet-segment-argent-925-25g-bijoux-pour-homme
bracelet-segment-argent-925-25g-bijoux-pour-homme

bracelet segment le 25g

argent 925 lisse brossé

1.250 € 750 € -40%

bracelet-cable-argent-925-9g-bijoux-pour-homme
bracelet-cable-argent-925-9g-bijoux-pour-homme

bracelet câble guilloché vertical le 9g

argent 925 guilloché vertical poli

400 € -%

bijoux-pour-homme

title

-%

bracelet-ruban-argent-noir-925-21g-bijoux-pour-homme
bracelet-ruban-argent-noir-925-21g-bijoux-pour-homme

bracelet ruban le 21g

argent noir 925 lisse brossé

550 € 270 € -50%

read more